Sélectionner une page

Pyramide des peurs

Un sujet passionnant, ta peur, ou plutôt, tes peurs

Prenons un cas concret, qui est arrivé à la majorité d’entre nous.

Tu es dans un voie.
Tu arrives au point.
Et là, sans que tu comprennes vraiment pourquoi… ton mental bascule.
Rien que de t’imaginer passer au dessus du point : la peur prend toute la place.

Tu tentes de te raisonner. “Bon, y a pas de danger – Aller, go, maintenant, j'y vais !”

Bloqué dans la même position, tes pensées s’accélèrent à chaque fois que tu tentes de te décider :

  • “et s’il n’y a pas de prises ?”
  • “et si mes mains glissent ?”
  • ” et si mon partenaire n'est pas concentré ?”
  • “et la corde ? Elle est encore bonne ?
  • “et si je chute sur cette prise qui dépasse / sur cette vire ?”
  • ” et si mon pied zippait ?”

Tout ça finit de te convaincre :

“C’est sûr, si je bouge, je vais juste m’éclater contre la paroi, être handicapé à vie et perdre mon boulot.”

Ça ne vaut pas le coup.

Est ce que tu vas décider de rester en moulinette toute ta vie de grimpeur ?
De ne faire que les premiers mouvs des blocs ?

C’est vraiment une option.
C’est un choix que je respecte et que tu peux faire respecter à ton entourage.
A une condition.

Que cette décision soit prise par réelle envie.
Par pas dépit.

La plupart des grimpeurs, qui sont confrontés à la peur en escalade, adoptent la stratégie suivante 

“Je me répète que je ne risque rien, et je vais donc finir par m’en persuader”
“Je vais faire une école de vol, pour bien appréhender la chute”
“Je vais continuer à grimper plus, ça viendra”

Ces techniques rencontrent un problème majeur.

Il est prouvé scientifiquement qu’il ne sert à rien de combattre une peur irrationnelle par des arguments rationnels.

Ce serait comme enfermer un claustrophobe dans un ascenseur, et attendre qu’il se soit habitué.

Les peurs sont complexes.

En escalade, elles sont un mélange de peurs rationnelles (qui nous maintiennent en vie) et de peurs irrationnelles (qu’on ne devrait pas écouter).

Autrement dit, comment se fait-il que :
“J’ai peur de dépasser le point d’un millimètre” (peur irrationnelle)
ait autant de poids dans notre processus décisionnel que
“j’ai peur de chuter parce que mon assureur fait n’importe quoi” (peur rationnelle) ?

Quand tu comprends cette idée, la question n’est plus :

Comment éliminer la peur en escalade ?
mais :
” Comment écouter les bonnes peurs et ignorer les autres ? “

 

Les différents types de peurs

A peur complexe, système simple.

La première étape, c’est de faire le tri.

Il existe 3 types de peurs.

Et tu vas simplement… adopter une stratégie différente pour chaque type de peur.

Tu vas simplement… adopter une stratégie différente pour chaque type de peur.

La pyramide des peurs

1. Les peurs liées à un manque d’informations

Exemple : j’ai oublié de vérifier mon noeud, je ne connais pas l’état de la corde, je n’ai pas regardé la cotation de la voie, etc.

Le manque d’informations… c’est la nourriture préférée d’un mental qui vrille.

Quand on est au niveau du point dans un crux, ce n’est vraiment pas le moment de douter de la qualité de son noeud !

Solution : passer en revue toutes les informations dont tu as besoin avant de te lancer.
Et quand c’est checké, c’est checké.

2. Les peurs liées à un danger réel

Exemple : Une énorme vire, un crux mal protégé, une voie engagée, un mauvais assureur…

Ces peurs sont en fait les plus simples à traiter.
Si tu es confronté à un danger réel, alors ta peur est là pour sauver ta peau.

A toi de décider : Ça vaut le coup ? Ou pas ?

Exemple 1 : Je me retrouve avec un partenaire inconnu qui assure allongé en draguant la fille d’à côté, et en fumant un joint. Demain j’ai LA réunion de l’année au boulot.
=> Je décide que je n’y vais pas.
Et c’est OK !

Exemple 2 : Il y a une vire dans la voie. C’est mon en dessous de mon niveau et mon assureur est hyper attentif.
=> Je décide que j’ai envie de prendre le risque. J’y vais.

Une seule chose est importante : si tu décides d’y aller, tu y vas.

Ça parait simple, et ça l’est.

Mais rien qu’avec ces deux étapes, on a éliminé 50% des peurs.

3. Les peurs liées à un danger perçu

Ça y est, on est arrivé en bas de la pyramide.
Normalement, tout réel danger est éliminé ou accepté.

On arrive dans le merveilleux monde des peurs irrationnelles, superflues… celles qui sont liées au danger perçu.

Exemple : “je vais m’éclater contre la paroi (alors que je suis au niveau du point)”, “si je chute, je vais mourir”.

Solution : Pour ne pas écouter ces peurs superflues, 3 techniques sont super efficaces :
– s'habituer aux sensations
– saturer son cerveau
– maintenir son attention

Utile comme modèle pour gérer ton mental, non ?

La force du mental : Comment aller au delà de notre peur ?J’utilise des techniques (issues de la compétition) pour chaque étape de la pyramide dans mon programme en ligne “J’ai plus peur”.

[J’ai Plus Peur] est une formation vidéo, qui te permet de grimper à ton niveau max en tout circonstances (et ne plus être pollué par la peur ou un mental qui vrille)

En attendant, je t'invite à (re)lire cet article de Matt LLOYD, grimpeur professionnel, écrivain et guide depuis plus de 15 ans.
Il analyse sa propre peur alors qu'il a frôlé la mort dans une voie.

Fabien