Sélectionner une page

la peur comme un boulet au pied

Aujourd’hui, on aborde le sujet délicat de la peur de se blesser (que tu aies eu un accident… ou non !)

Tout a commencé avec un accident.

L'accident bête en escalade, qu'on redoute tous !

Philippe raconte.

” Parfois, l'accident ne tient pas à grand chose.
Pour moi, c'était l'inattention de mon assureur.
Il discutait avec la cordée d'à côté pendant que je clippais le relais d'une belle 6c.

J'ai fait un retour au sol.
Depuis le relais, à 16 m de haut.

Heureusement, mon assureur a pu enrayer la chute.

Avec l'élasticité de la corde, j'ai quand même touché le sol.
Les deux pieds à plat.

Je suis passé de peu à côté de la blessure, je n'ai rien eu.

Mais j'ai eu une belle fracture.
Un fracture Mentale.

Elle m'a suivi pendant 4 ans.

J'ai continué la grimpe.
Mais seulement dans ma zone d'ultra confort (5a, 5b), et encore, en moulinette.

Je ne retrouvais pas le plaisir de la grimpe.

J'ai fait un peu de bloc, sans réelle passion.

Au bout de 4 ans à végéter dans un niveau qui n'était pas le mien, j'en suis arrivé à la conclusion que soit j'arrêtais la grimpe, soit je trouvais une solution.

J'ai commencé à lire quelques bouquins.
A traîner sur internet.

Je suis tombé sur la formation [J'AI PLUS PEUR] de Fabien.

J'ai dévoré le programme.
J'ai tout appliqué.

Je me suis complètement retrouvé dans tous les principes.

La peur de me faire mal, évidemment.

Mais pas seulement.

J'ai beaucoup appris sur la peur de l'échec, la peur du regard des autres, le danger réel, le danger perçu… qui me concernaient largement, sans que j'en ai forcément conscience.

Un mois et demi plus tard…

J'ai totalement retrouvé ce plaisir, ce bonheur de grimper.

Je me surprends même à oublier de mousquetonner certains points, tellement je suis concentré dans ma grimpe.
C'était inespéré.

Il y a quelques jours, j'ai enchaîné mon premier 7a.

Et aujourd'hui, je travaille du 7b. En tête.

C'est un truc du fou.

Franchement, merci.” Philippe

Retrouve le témoignage de Philippe en vidéo ici

Tu as déjà vécu une “fracture mentale” ?

Alors, que faire si, toi aussi tu as vécu une “fracture mentale” ?

Ou alors que tu la redoutes ? (sans ne t’être jamais blessé !)

Parfois la vision de la potentielle blessure est si forte qu’elle nous empêche littéralement de grimper.

Souvent, l’idée même des conséquences suffit à nous faire demi-tour :

  • L’image catastrophique de son futur soi, la jambe dans le plâtre, assis à végéter en souffrance dans son canapé…
  • Pire : s’imaginer qu’on va perdre son boulot, ou ne plus pouvoir s’occuper de ses enfants.

Il y a de quoi se dire : “ça vaut pas le coup” et rester en moulinette dans du super facile.

Grimper éternellement en moulinette ?

Tu vas me dire fab' … la solution la plus simple serait de grimper éternellement en moulinette !

Je pense que c'est une erreur.

Certains grimpeurs te diront que LA seule façon “valide” de réussir une voie, c’est le “a vue en tête”.
(A vue : tu grimpes sans informations sur la voie)

Personnellement, je ne suis pas de cet avis.
Je grimpe pour le plaisir, et je peux me régaler dans le troisième essai d’une voie en moulinette.

MAIS !
Quand j’ai dépassé mes peurs il y a 6 ans…
Grimper en tête et chuter dans mon niveau max a été une révélation.

En tête, tu poses précisément tes pieds, tu restes hyper concentré, tu dois gérer ton rythme, ton énergie.
Donc tu progresses à vitesse grand V.
C'est quand j'ai grimpé en tête que mon niveau a explosé.

Et il faut se l’avouer… la tête procure une sacrée fierté.
Et un immense sentiment de liberté.

Tu peux emmener du monde en falaise, ouvrir des voies, et grimper sans quémander une moulinette.

Alors la tête n’est pas obligatoire, non.
Mais c’est un sacré vecteur de progression… et de plaisir compliqué !! (10 fois supérieur au plaisir simple…)

Que faire si tu as envie de grimper en tête ?

Mais que cette image de t’éclater contre la paroi te pousse à douter, à faire demi-tour ?

Si on prend un peu de recul, tu as toujours 3 choix :

  1. Décider de FAIRE ;
  2. Décider de ne PAS FAIRE ;
  3. Choisir de ne PAS DÉCIDER.

On évalue les risques des dizaines de fois par jour.

Prendre ta voiture comprend des risques d’accidents non négligeables.
Pourtant…tu arrives à prendre une décision rapidement :

  • OK je conduis (j’accepte le risque, je décide de faire)
  • Non, je ne conduis pas (le risque est trop grand, je décide de ne pas faire)

Le truc, c’est qu’en escalade…
On est bien trop souvent dans le cas N°3 : on choisit de ne pas décider.

“J’y vais ! Heu, attends, la corde elle tient ? Allez go ! une seconde… et là si je chute je vais m’éclater non ? ! etc.”

Pourquoi ?

La réponse tient en un mot.

L’expérience.

Si tu n’as pas suffisamment d’expérience, tu n’as pas les cartes en main pour évaluer si le danger réel ou non.

Donc ton mental fait ce qu’il sait faire.
Il comble les trous.

  • Si tu n’as pas l’habitude de chuter, alors il va s’imaginer que tu vas t’éclater contre la paroi.
  • Si tu t’es déjà blessé dans le passé, alors il va généraliser et te persuader que ça va t’arriver à nouveau.

Dans les deux cas, tu es bloqué parce que tu n’arrives pas à juger s’il y a un réel danger ou non.

Comment dépasser cette peur liée une blessure ?

Pour dépasser cette peur liée à la blessure :
Tu n’as pas le choix, il faut que tu apprennes à ton mental à juger objectivement le danger.

C’est ça qui te permettra de :

  1. décider de FAIRE
  2. ou décider de NE PAS FAIRE

(et arrêter de tergiverser)

Dans la formation “J’ai Plus Peur”, tu apprendras à :

  • Supprimer tous les risques de “t’éclater contre la paroi” (ça n’arrive que dans certaines conditions… que tu peux éviter) !
  • Accumuler de l’expérience dans la chute, en t’y exposant de manière douce et sécurisée – pour chuter comme tu prends ta voiture.
  • Réapprendre à grimper en tête quand tu as vécu un accident ou une blessure ;
  • Appliquer la méthode du GO – NOGO pour prendre une décision – basée sur un danger réel – à laquelle tu te tiendras.

Et si tu es particulièrement concerné par la peur de te blesser, alors deux bonus sont vraiment faits pour toi :

Peur de me faire mal

Se libérer d'un traumatisme

>> Clique ici pour comprendre comment te libérer de la peur de la chute <<
(notamment celle de te fracasser contre la paroi)

Des histoires de grimpeurs, j'en ai plein.
Certains membres témoignent en vidéo sur ce que leur a apporté le programme [J’ai Plus Peur].
Tu peux retrouver leurs témoignages ici.

Fabien,
Grimpeur, fier d'avoir aidé plus de 600 grimpeurs à passer un cap mental

PS : Petite piqûre de rappel pour toi, ton partenaire, ou tous les assureurs que tu croises . Quand on assure, on le fait à 200 %, même en salle, même au grigri.