Bienvenue dans cette nouvelle [Question-Progression]. Aujourd’hui, je vais répondre à la question de Franck :

” Lorsque je n’arrive plus à avancer dans une voie parce que j’ai atteint ma limite physique. En fait, j’ai les bras daubés, mais que je sais être capable de continuer techniquement. Les mouvements et les prises sont à mon niveau. J’ai tendance à renoncer à aller jusqu’au vol. Je me fais prendre pour me reposer. Je demande à mon partenaire de me prendre sec. ”

Est-ce qu’il vaut mieux s’arrêter ou aller jusqu’à la chute quand on a les bras qui s’ouvrent ?

Existe-t-il un intérêt à poursuivre la voie sans point de repos, sachant que la défaillance physique va amener finalement au vol ? “


Je vais essayer de faire très court parce que ma réponse est claire :

Oui, il y a un intérêt et il est énorme. Il faut absolument aller jusqu’à la chute. Pourquoi ? Il y a plusieurs réponses à ça.

1- Pour améliorer ta combativité

En te prouvant que quand il n’y en a plus, il y en a encore, tu vas te permettre, dans les prochaines voies, de faire ce petit mouvement ou cette petite séquence en plus, qui va peut-être te faire réussir une voie.

Le moment crucial

Tu es là en train de grimper et tu commences à dauber. Tu as les bras qui s’ouvrent et tu dis : “ Ah mon Dieu, ah, je ne sais pas…”. Tu commences à ne plus avoir d’air. Tu commences à ne plus bien voir parce que tu manques d’oxygène et tu es là : “ Je ne sais pas où est le repos. Je vois le prochain point, il est loin. Je vais tomber, je vais mourir : prends-moi sec !! ”

C’est typiquement ce qui nous arrive à tous. Le truc, dans ce moment crucial, c'est que si tu arrives à :

  • reprendre le dessus ;
  • casser les automatismes ;
  • empêcher les pensées négatives de rentrer dans ton cerveau…

Tu vas te dire  :

” OK, je vais peut-être tomber, mais c’est pas grave. Je sais que je n'ai pas de risque dessous … Je suis accroché, il n'y a pas une vire, je ne vais pas mourir, donc je continue … Je tente, parce que si ça se trouve, dans deux mouvements, je ne le sais pas encore … il y a une bonne prise, … un repos, … une position de moindre effort… Un mouvement plus facile qui me redonne confiance et qui me permet ensuite de finir la voie. “

Qui fait la différence

Parfois, cela se joue à rien, mais c'est ce qui fait la différence entre le gagnant et le perdant. C’est un peu fort, mais parfois, pour réussir une voie, il suffit d’un petit rien.

En te forçant, Franck, à faire un ou deux mouvements de plus, soit :

  • tu vas tomber. Auquel cas, ce n'est pas grave parce que tomber dans le mouvement, c’est très bien. Ça permet la libération de ton mental. C’est bon d’aller jusqu’au bout et de chuter dans le mouvement. Tu sais de quoi je parle, parce que tu es membre de la Formation [J'ai Plus Peur!] ;
  • tu vas sortir ta voie. Il se peut que tu trouves une meilleure prise et que tu sortes la voie.

Tu te prouves que, même quand tu as les bras qui s’ouvrent, en fait, il en reste encore ! C’est ce qu’on appelle la combativité ! Aller chercher ce “ encore ”, cette ” petite réserve ” d’énergie. Celle-là qui nous fait aller plus loin.

Et renforce ta combativité
combativite-escalade-exercice-corsicaroc-bagarre-fighting-spirit-mental-combatif-grimpeavue-conseil-grimpe-progresser

Je te remets le lien vers un article qui s’appelle “ Bagarre Bagarre ! 5 exercices pour renforcer ta combativité ”. C’est un article qui a été écrit par un encadrant d’un club Corse qui me suit. Il écrit bien et il a de supers idées. Dedans, tu trouveras des exercices pour améliorer cette combativité pour justement aller chercher le fameux “ encore ”.

 

2- Pour améliorer tes positions de repos

Dans mon e-book d’exercices, [Les secrets pour booster ta progression], il y a 60 exercices de grimpeurs. Si tu as le même problème que Franck, tu peux aller pratiquer l’exercice 38, 39, 41 et 54.

ebook-progression-escaladeDe la même manière, l'exercice n° 52, lui, te permet de pratiquer les repos, les positions de moindre effort, les positions de repos, comment trouver ces positions et comment arriver à se refaire, arriver à délayer. Pourquoi il ne faut pas agiter son bras parce que ça sert à rien, pourquoi il faut juste se détendre l’épaule, laisser tomber le bras et respirer.

Donc, tu peux améliorer ta COMBATIVITÉaméliorer tes POSITIONs de REPOS,mais aussi améliorer ta GRIMPE en RYTHME.

3- Pour améliorer ta grimpe en rythme 

Tactique ou technique ?

La grimpe en rythme, exercice 58 de l’e-book [Les Secrets pour Booster ta Progression ] est crucial. Il fait partie de la tactique de l’escalade. Il s'agit de décider au pied de la voie, lors de la lecture de voie, de la visualisation. Au moment où on a segmenté notre voie/ ou bloc :

“ OK, là, je vais grimper plus vite. Là, je vais grimper plus doucement parce que c’est plus dur. Là, je vais ré-accélérer. ”

Voilà, ça, ça s’appelle grimper en rythme.

Quel rythme dans la voie : accélérer ou ralentir ?

Il y a un exercice dans l’e-book où je te donne cet exercice à faire pour t’entraîner à accélérer, ralentir, accélérer, ralentir.

Encore une bonne raison, Franck, de continuer même si tu sens que tu es daubé. Essaie d’accélérer, parce que, bien souvent, tu vas passer.

Tu vas être surpris qu’en accélérant, un peu dans un mouvement de désespoir, tu vas peut-être accélérer, te jeter sur une prise, ha ! ça tient ! Attends, hop, je monte ma deuxième main, ha ! ça tient ! OK, c’est parti, hop. Ton cerveau repasse en mode combat, il se dit : “ ben finalement, c’est pas perdu, je suis pas en train de mourir, allez ! je me bats, bam bam bam, et je sors. ”

C’est un sujet qui m’anime, tu le sens, je m’enflamme un peu… Mais en gros, tu as compris : il faut te battre dans les voies.

4- La combativité au quotidien

On ne peut pas se battre tous les jours à toutes les séances. On a une réserve de combativité dans notre mental. On ne peut pas tout le temps être combatif. Si on a des journées très chargées, par notre boulot, notre famille, nos études, peu importe. Si on a des soucis, on ne peut pas arriver le soir à la salle et se battre.

Par contre, si on est bien, qu'on a envie, qu’on n’a pas spécialement de problèmes et qu’on est dans une phase de progression, on peut aller chercher ce petit “ encore ” dont je parlais. Il en reste toujours encore un petit peu là-dedans. Il faut aller le chercher, parce que c’est ce qui fait la différence. C’est ce qui va te faire sortir des voies et ce qui va te faire monter de niveau.

Franck, c'était ma réponse à ta question. J’espère qu’elle t’a plu. J’espère que ça va te permettre de continuer à accélérer quand tu sens que c’est la fin et à aller chercher la prise suivante.

Merci, bonne grimpe.

Rendez-vous dans le prochain article. Ciao !

Fabien 😉