Il y a quelques semaines, je suis parti grimper à Sadernes en Catalogne. C’est un spot super sympa qui se trouve pas loin de la frontière française. 

Les voies d’escalade faisaient entre 30 et 40 m de hauteur sur un rocher globalement bon.

Par contre, à la fin de cette voie, je me suis retrouvé nez à nez avec un relais un peu… Disons… Atypique ! Avec un câble qui reliait les deux points du relais. Je me suis demandé ce que c’était que ce truc et puis, j’ai pensé sécurité… Avant tout. Je vous explique comment faire face à un relais d’escalade douteux.

 

Vérifier le relais


Mais qu’est-ce que c’est que ce truc ???

C’est un espèce de câble sorti de nulle part. Il est rabouté par une espèce pièce qui n’est certainement pas homologuée FFME. C’est CE quand même. Et ça tient deux tonnes.

Elle a l’air plutôt solide cette pièce, mais bon… Le serre câble est sûrement costaud, mais moi, je ne vais pas me mettre là. J’ai commencé à faire ma manip’ rapide. Tout à coup, je réalise que si je descends en moulinette sur ces points, la corde va frotter sur le câble. Ce qui n’est quand même pas très intelligent.

Du coup, je vais être quand même obligé de me mettre dans le point bas. C’est-à-dire cette pièce de fonte dont je ne sais pas d’où elle vient. Je vais quand même me contre-assurer avec un machard / prusik  à la descente. Juste au cas où ça ne tient pas.

 

En escalade, c’est sécurité avant tout

 

Je vache ma corde. Je défais mon huit et je le refais. Il y en a pour environ 20 secondes pour refaire un nœud de huit. Ça ne vaut pas le coup de se priver. 

Je lâche la corde, ça ravale. Ma corde passe dans le point bas de ce relais qui, au niveau des points, a l’air bon. Au niveau du câble, je n’ai pas confiance… Donc, je vais faire c’est rajouter un machard sur la corde montante. C’est une manip d’escalade que j’ai déjà expliqué dans une vidéo. Tu verras comment faire ça et pourquoi le faire.

Ma façon à moi de me rassurer, c’est de ne pas prendre de risques. Je ne vais pas mettre ma vie entre les mains de ce câble dont je ne connais ni les trucs, ni la résistance. Je ne fais de tort à personne. Au moins, je suis tranquille et je peux continuer à me faire plaisir sereinement. Si jamais, le relais casse. Si ce mauvais câble casse, je serai retenu par mon machard, sur la dernière dégaine. Je vais me faire un joli vol, mais je ne vais pas tomber par terre.

Fabien 😉

 

Et toi, tu en penses quoi ? Tu aurais fait quoi face à un relais douteux ?