Patrick Edlinger disait :

 “ Si tu tombes, c’est la chute. Si tu chutes, c’est la tombe.

Pour nous qui ne sommes pas des grimpeurs « solo », tomber en escalade fait partie du jeu. Le vol est une composante essentielle de l’escalade. La chute fait partie des risques et il faut apprendre à bien la gérer. La chute peut être synonyme de progression (c’est à force d’essayer et de chuter aussi que l’on progresse 😃 ). Parfois aussi de fatigue. Ou encore de défaillance de la roche ou du matériel de protection.

Quoi qu’il arrive, il est important de se préparer et de travailler sa technique de chute en escalade. En résumé, il est essentiel de savoir tomber.

Je te propose des conseils pour bien gérer ta chute (aussi « gérable » soit elle…) dont la plupart sont issus de l’excellent article de climbing.com

Je te préconise également de faire des exercices pour appliquer ces conseils. Nous savons tous que la pratique est bien plus enrichissante que la théorie.

> Si tu souhaites aller plus loin et te libérer de la peur de la chute, essaye notre formation en ligne [J’ai Plus Peur !]. Clique ici pour en savoir plus

 

Conseil n°1 : préviens ton assureur de ta chute

Si tu sens que tu vas tomber ou que tu es dans un passage délicat, il est bon de rappeler à ton assureur qu’il faut qu’il te regarde. Normalement, un bon assureur doit constamment regarder son assuré afin de parer à toutes difficultés.

Une fois que tu chutes effectivement, hurle « VOL » ou « CHUTE » mais surtout pas « SEC » ! Pourquoi ? Parce que la réponse du bon assureur sera différente ! En cas de chute, il va devoir dynamiser pour réduire la force de choc (pour revoir ces notions, je t’invite à lire l’article sur le facteur de chute et celui sur l’assurage dynamique.). Pour prendre sec, au contraire, il va « simplement » avaler la corde. Si tu tombes à ce moment précis, il risque d’avoir des difficultés à te stopper. Dans tous les cas, ta réception sera brutale.

 

Conseil n°2 : observe

Observe la zone en dessous de toi, les obstacles potentiels et la zone d’atterrissage. Porter le regard à l’endroit où tu veux te rendre va t’aider à aller dans la bonne direction.

 

Conseil n°3 : Détends-toi 

Plus facile à dire qu’à faire ! Pourtant, les objets « mous » amortissent mieux les chocs que les objets « raides ». Il en va de même pour ton corps d’athlète 😉.

Tes jambes vont devoir réceptionner et amortir la chute. Prépare-les pour ça. Ne tends pas tes jambes. L’objectif n’est pas non plus de se transformer en chewing-gum, mais plutôt de garder une certaine tonicité nécessaire à l’amorti.

 

Conseil n°4 : porte un casque

Si tu n’es pas convaincu par ce conseil, je t’invite à lire cet article.

 

Conseil n°5 : ne cherche pas à t’accrocher à quelque chose pendant ta chute

La très mauvaise idée consisterait à essayer d’attraper une dégaine ou la corde par exemple. Tout ce que tu vas réussir à faire, c’est te brûler sévèrement les mains. Place tes mains légèrement en avant, vers le haut et un peu écartées.

 

Conseil n°6 : ne laisse pas ta corde derrière ta jambe

Grimper, ce n’est pas que regarder vers le haut. C’est aussi surveiller le passage de la corde en dessous de toi. Si celle-ci passe derrière ta jambe ou ton pied, il faut absolument changer de position. En effet, en cas de chute avec la corde derrière ta jambe, il est très probable que la corde te retourne et que tu te retrouves la tête en bas.

climbing.com-chute-escalade-retournement

climbing.com-chute-escalade-retournement-2

 

NOTE : Si tu n’es pas sûr de savoir comment éviter d’avoir la corde derrière la jambe, nous t’incitons fortement à prendre un cours avec un encadrant diplômé ou un club. Il s’agit de ta sécurité et de celle des gens que tu assures.

Lilian

PS : nous venons de découvrir cet appareil qui pourrait rendre service à tous les grimpeurs qui ont une grosse différence de poids avec leur assureur. À essayer : ELDERID OHM